Scroll to top

Chers hôtes, chères patientes, chers patients, chers amis


Steffanie Hornstein - 01/12/2020 - 0 comments

Vous serez certainement d’accord avec nous pour dire que 2020 fut vraiment une année hors norme, aux limites de la folie ! Un minuscule organisme, invisible à l’œil nu, a chamboulé la vie tous azimuts, comme peu d’autres événements depuis les deux dernières guerres mondiales. Nous avons considérablement réduit, voire cessé carrément de voyager, réunions et autres rendez-vous en groupe ont lieu désormais par visioconférence, nous ne rendons plus visite à nos proches et n’avons plus accès ni aux événements culturels ni aux restaurants. Plus de festivités, plus de célébrations, masques et désinfectants sont devenus nos compagnons de tous les instants…

Et c’est contraints et forcés, sans même avoir notre mot à dire, qu’il nous a fallu du jour au lendemain renoncer à notre sentiment confortable de flexibilité, soit à la vision illusoire « du monde à nos pieds ». Tout ça nous est étranger aujourd’hui. N’avions-nous donc pas tout sous contrôle et toute latitude pour choisir : rendez-vous, loisirs, destinations de vacances, restaurants, aux gré de nos envies et de nos lubies !

Pour être partout intégrés et interconnectés, nous devons sans aucun doute l’ampleur de cette pandémie à la mondialisation. Mais si la « distanciation sociale » (en fait « physique ») est à l’ordre du jour, c’est précisément, maintenant, que nous avons plus que jamais besoin de nous serrer les coudes. Besoin de stratégies communes, de coopérations au niveau international et du multilatérisme, et non de nous perdre dans de vaines tentatives égoïstes d’isolement sans avenir. Si nous voulons réussir à protéger efficacement les catégories particulièrement vulnérables de la population, nous devons travailler main dans la main. Tous les défis que nous connaissons actuellement sont également vécus par nos voisins comme par les pays riverains. Même si la poignée de main n’est plus en vogue à l’heure actuelle, nous devrions, métaphoriquement parlant, nous serrer la main et nous soutenir mutuellement, et à plus forte raison, maintenant ! Rappelons ici une phrase que vous avez certainement lue et entendue maintes fois au cours de ces derniers mois : « Après le coronavirus, le monde ne sera plus jamais le même ! »

Tout cela nous a amenés, chez Buchinger Wilhelmi, à réfléchir aux nouveaux besoins de nos patients et à la manière dont nous pouvions y répondre. Après le déclenchement de la pandémie, nous nous sommes focalisés encore davantage sur le sujet « immunité et prévention ». Il y a suffisamment d’éléments prouvant que l’hypertension, l’obésité et le diabète sont les principaux facteurs de risque de développer une forme grave du Covid-19. Or ce sont précisément ces trois indications que notre concept médical nous permet de traiter avec beaucoup de succès, et ce, depuis maintenant 100 ans. Avec le concours de notre équipe de recherche , encadrée par la Dre Françoise Wilhelmi, et de nos partenaires de recherche européens, nous envisageons d’étudier les mécanismes des effets viraux en relation avec le métabolisme du jeûne, afin de pouvoir traiter nos patients encore plus efficacement.

Cela dit, que s’est-il passé d’autre dans nos cliniques au fil des derniers mois ?

En 2020, elles étaient plus que jamais des lieux privilégiés de régénération et d’inspiration. Preuve en est notamment les nombreux retours de nos hôtes qui nous ont remercié d’avoir pu se remettre du stress permanent, occasionné par la COVID-19, et de s’être sentis suffisamment protégés, grâce aux nombreux tests régulièrement effectués auprès des hôtes et des patients.

Depuis « Corona », nous avons eu le plaisir d’accueillir dans nos cliniques quantité de « First-Timer », soit des hôtes venant séjourner chez nous pour la première fois. Les séjours de jeûne ont été, en moyenne, beaucoup plus longs que les années précédentes, ce qui peut être attribué à la décentralisation croissante du travail et à l’évolution des habitudes de voyage. Mais aussi à un plus grand besoin de repos et de récupération. Cet été, bon nombre de nos activités, comme le yoga, la méditation ou les concerts, ont eu lieu en plein air, au jardin, sur les rives du lac ou sur la plage. Autant vous dire qu’une grande partie sera maintenue après Corona ! Buchinger Wilhelmi aussi a élargi son offre plurielle en ligne, en particulier pour tous ceux qui n’ont pas pu venir nous rejoindre cette année : désormais, nous sommes également présents sur YouTube et produisons même notre propre podcast.

YouTube
Pdcast Buchinger Wilhelmi
Podcast

Bref, même en 2020, l’année qui restera dans toute les mémoires comme l’année « Corona », nous avons fait tout notre possible pour être à la hauteur de notre mission et « donner aux gens les moyens de vivre une vie saine et épanouie » !

Cette année mémorable touche à sa fin, et pour autant que les circonstances le permettent, nous célébrerons bientôt en famille cette merveilleuse fête de l’amour qu’est Noël.
Qui sait, peut-être qu’un miracle se produira durant les Fêtes et qu’il nous permettra d’éradiquer la pandémie ?!

Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez vous octroyer une petite pause régénératrice, physique et mentale, sachez que nous serons toujours là pour vous, à Überlingen comme à Marbella.

Bien à vous,

La famille Buchinger Wilhelmi

Buchinger Wilhelmi family