Scroll to top

Ètude : Le jeûne périodique réduit l’index de stéatose hépatique


Steffanie Hornstein - 25/11/2019 - 0 comments

Le jeûne périodique selon le programme Buchinger Wilhelmi réduit l’accumulation de graisse dans le foie (stéatose hépatique) et peut ainsi prévenir la cirrhose du foie.

L’accumulation pathologique de graisse dans le foie peut entraîner une cirrhose et provoque une augmentation des maladies chroniques du foie. Le jeûne périodique de 8,5 jours en moyenne réduit l’index de stéatose hépatique (FLI ou Fatty Liver Index), un facteur de risque pour la stéatose hépatique non alcoolique, laquelle contribue considérablement au développement du diabète de type 2, tout en étant favorisée par une alimentation excessive et un manque d’exercice.

697 jeûneurs de la clinique Buchinger Wilhelmi au bord du Lac de Constance ont fait l’objet de l’étude « Effects of Periodic Fasting on Fatty Liver Index – A Prospective Observational » (Effets du jeûne périodique sur l’index de stéatose hépatique – une étude prospective) publiée en octobre dans la revue « Nutrients ». Parmi les participants figuraient 38 diabétiques de type 2. Au départ, le FLI était ≥ 60, indiquant ainsi la présence d’une stéatose hépatique chez 264 patients 160 se situaient à la limite de la norme.

Dans le détail, il a pu être démontré que :

  • Le jeûne périodique dans cette étude a significativement réduit le FLI de 14,02 ± 11,67 points, les diabétiques en bénéficiant encore plus (-19,15 ± 11,0 points).
  • Près de la moitié des patients, affectés à la catégorie de risque la plus élevée (FLI ≥ 60), pouvaient passer à une catégorie de risque plus faible.
  • Une perte de poids significative de 4,37 ± 2,42 kg et de 5,39 ± 3,27 cm de circonférence abdominale a également été documentée chez tous les patients. Les taux de glucose sanguin et d’HbA1c ont été abaissés, les enzymes hépatiques et les lipides sanguins ont également diminué.
  • Un jeûne plus long, une perte de poids plus importante et une réduction plus significative de la circonférence abdominale ont entraîné une plus grande amélioration du FLI. En outre, la thérapie du jeûne a été particulièrement bénéfique aux hommes comme aux personnes présentant initialement des taux élevés de FLI, de GOT (transaminase glutamate-oxaloacétique, une enzyme hépatique importante) et de cholestérol.
  • Un modèle de calcul a montré que chaque jour de jeûne supplémentaire augmente de 40 % les chances de réduire la catégorie de risque d’une stéatose hépatique manifeste.
  • Le jeûne périodique selon le programme Buchinger Wilhelmi, qui s’est déroulé dans un environnement garantissant suivi médical, repos et pleine conscience, a été bien toléré lors de l’étude. Il inclut en moyenne 250 kcal par jour, à partir de jus de fruits et de bouillons de légumes, biologiques. Les sensations de faim étaient rares et les résultats montrent clairement que le jeûne périodique réduit de façon préventive l’accumulation de graisse dans le foie chez les patients diabétiques et non diabétiques.

Drinda, S.; Grundler, F.; Neumann, T.; Lehmann, T.; Steckhan, N.; Michalsen, A.; Wilhelmi de Toledo, F. Effects of Periodic Fasting on Fatty Liver Index—A Prospective Observational Study. Nutrients 2019, 11, 2601.

 

 

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *