Scroll to top

La dégradation du muscle et des protéines joue-t-elle un rôle significatif chez l’homme en bonne santé pendant le jeûne prolongé ?


Claudia Prahtel - 10/11/2021 - 0 comments

La dernière étude publiée sur le jeûne et la musculature :

La dégradation du muscle et des protéines joue-t-elle un rôle significatif chez l’homme en bonne santé pendant le jeûne prolongé ?

Une étude prospective sur l’adaptation physiologique au jeûne

Überlingen, le 10/11/2021 – 16 hommes en bonne santé et ne présentant pas d’obésité ont jeûné pendant 10 jours, selon le programme des cliniques Buchinger Wilhelmi. Le protocole impliquait la prise quotidienne d’un supplément sans protéines de 200 à 250 kcal/jour, sous forme de jus de fruits et de bouillons de légumes ainsi qu’un programme d’exercice modéré de trois heures par jour.

La perte de poids de 5,9 ± 0,2 kg en moyenne résulte à 40 % de la dégradation des graisses, à 25 % de celle des protéines issues de tissus métaboliquement actifs : foie, reins, rate, muqueuse intestinale, cœur, muscles squelettiques, à 8 % du glycogène hépatique et musculaire et à 27 % de l’élimination d’eau. Des mécanismes d’épargne de protéines se mettent en place rapidement.

L’étude a permis de démontrer que l’implication des muscles est moins importante qu’on ne l’a cru pendant des décennies, et qu’à l’instar des autres organes, la musculature se régénère après le jeûne.

Non seulement il n’y a pas de « fonte musculaire », mais la performance des muscles des extrémités inférieures s’améliore au contraire nettement après le jeûne, tandis que celle des autres muscles se maintient.

Journal of Cachexia Muskelstudie

La dégradation des protéines diminue de jour en jour

La dégradation des protéines, documentée par le bilan azoté négatif, diminue de jour en jour, grâce au déclenchement de mécanismes d’épargne protéique. Un marqueur de la dégradation des protéines musculaires, la 3-méthylhistidine, s’abaisse en effet dès le 5e jour de jeûne. D’autres marqueurs de protéolyse, dont la GOT et la créatinine, viennent confirmer cette observation. Après le jeûne, la myostatine diminue de manière significative, favorisant par-là la reconstitution de la masse musculaire.

Observations après un programme de jeûne de 3 mois

Un nouvel examen fut effectué trois mois après le jeûne. L’état général des sujets était bon. Le poids corporel était plus bas qu’en début de jeûne et le métabolisme de base avait également diminué en conséquence. Les valeurs qui avaient temporairement augmenté à cause du jeûne étaient revenues à leur niveau initial.

Plus d’études sur le jeûne

Comme documenté dans de précédentes publications, le programme de jeûne des cliniques Buchinger Wilhelmi – avec activité physique – est une approche sûre pour prévenir et traiter les maladies liées à l’âge (obésité, diabète de type 2 et autres troubles métaboliques), ainsi que les maladies chroniques inflammatoires et le stress oxydatif. Il est néanmoins indiqué pour les personnes d’un âge avancé, souffrant d’une insuffisance pondérale et d’une perte musculaire dégénérative, de mettre en place d’autres stratégies nutritionnelles, pour autant que ces dernières se révèlent nécessaires d’un point de vue thérapeutique.

D’autres études sont en cours pour évaluer dans quelle proportion les différents tissus métaboliquement actifs cités plus haut sont impliqués dans la dégradation des protéines induite par le jeûne et à quelle vitesse ils se régénèrent à partir de cellules souches et de nouvelles synthèses lors de la reprise alimentaire.

Auteurs

Claire Laurens, Franziska Grundler, Anthony Damiot, Isabelle Chery, Anne-Laure Le Maho, Alexandre Zahariev, Yvon Le Maho, Audrey Bergouignan, Guillemette Gauquelin-Koch, Chantal Simon, Stéphane Blanc, Françoise Wilhelmi de Toledo,

« Is muscle and protein loss relevant in long-term fasting in healthy men? A prospective trial on physiological adaptations », paru le 20 octobre 2021 dans Journal of Cachexia, Sarcopenia and Muscle
doi: 10.1002/jcsm.12766

Contact
Dre Françoise Wilhelmi de Toledo
E-mail : francoise.wilhelmi@buchinger-wilhelmi.com