Scroll to top

Jeûner, une clé pour prévenir ou traiter le « Covid long » (PSCS)?


Claudia Prahtel - 04/05/2021 - 0 comments

Buchinger Wilhelmi exploite son expertise clinique, centenaire, pour développer des programmes d’un nouveau genre

Que d’inconnues encore sur le coronavirus comme sur les effets ou les options thérapeutiques d’une infection au SARS-CoV-2 ! Tandis que la vaccination gagne progressivement du terrain et qu’un assouplissement des restrictions en Europe est en cours de discussion, de nombreuses inquiétudes subsistent quant à ce qu’il est convenu d’appeler le syndrome du Covid long ou PSCS (Post-SARS-CoV-2 Syndrome). On sait en effet peu de choses sur les traitements possibles et la prévention des séquelles à long terme survenant chez certains sujets des semaines, voire des mois après l’infection.

Le programme de jeûne multidisciplinaire [7] des cliniques Buchinger Wilhelmi, au lac de Constance (Allemagne) et à Marbella (Espagne), pourrait apporter une solution pour surmonter le PSCS. Lancé voilà plus de 100 ans par le Dr Otto Buchinger, médecin, philosophe et pionnier du jeûne thérapeutique, ce programme fut continuellement développé par de nombreux médecins, chercheurs et par des membres de la famille, sur quatre générations. Scientifiquement étayé aujourd’hui, le programme Buchinger Wilhelmi s’appuie sur plusieurs études publiées dans des revues médicales de renom [1-8].

Un programme spécial, adapté à l’actuelle situation pandémique, vise à améliorer les symptômes les plus courants dudit Covid long : fatigue extrême, essoufflement, douleurs thoraciques, problèmes de mémoire et de concentration, palpitations, vertiges et insomnie. Combinés avec de multiples traitements complémentaires, les jeûnes de 5 à 15 jours ou, à défaut, les stratégies alimentaires, personnalisées, avec jeûne intermittent, ont montré des améliorations stupéfiantes. Les équipes médicales et scientifiques des cliniques Buchinger Wilhelmi réunissent depuis des mois des observations fort prometteuses sur le déroulement du traitement : régression des symptômes, amélioration de l’humeur et émergence d’un sentiment d’autoefficacité. Dans les deux cliniques, à Überlingen comme à Marbella, les données des patients atteints du « Covid long » font actuellement l’objet d’une collecte systématique.

Pour traiter le « Covid long » (PSCS), le programme Buchinger Wilhelmi cible notamment:

  • La réinitialisation du métabolisme [1, 6, 8] en cas de facteurs risquant de favoriser le développement d’une forme sévère de COVID-19 : réduction du poids et du tour de taille, normalisation du métabolisme lipidique et glucidique comme de la tension artérielle [2], amélioration de la résistance à l’insuline et du diabète de type 2.
  • La réduction des processus inflammatoires : COVID-19 provoque des symptômes inflammatoires aigus, puis chroniques, dans divers tissus et organes (poumons, cerveau, système nerveux, intestins, cœur, etc.), qui entraînent à leur tour des dysfonctionnements spécifiques, traitables avec succès, grâce aux effets antiinflammatoires du jeûne et de certaines stratégies alimentaires.
  • L’augmentation de la capacité antioxydante et la diminution de la peroxydation lipidique, qui contribuent à enrayer le processus pathologique et à réduire les symptômes [3, 4].
  • L’amélioration de la composition du microbiote intestinal [5], qui encourage à manger et à vivre plus sainement.
  • La réjuvénation des cellules et des organes vitaux : une infection à COVID-19 ou le syndrome post-Covid peuvent causer des dommages durables à certains organes, notamment aux poumons, au cerveau et au cœur. De récentes publications ont montré que le jeûne active l’autophagie et l’apoptose, deux mécanismes d’autodétoxication qui permettent à l’organisme de se débarrasser des cellules vieillissantes ou lésées. Dès la reprise alimentaire, les organes sont restaurés, quasi « rajeunis » par resynthèse et cellules souches. Cette capacité de l’organisme à régénérer ou à réparer jusqu’à un certain point les structures ou les organes affaiblis, en jeûnant, pourrait jouer un rôle majeur dans le traitement des symptômes persistants de COVID.
  • L’amélioration de l’humeur et le rétablissement de l’équilibre émotionnel apportés par le jeûne, qui s’imposent de toute urgence pour raviver l’espoir dans l’avenir chez les patients sortant de périodes de souffrances particulièrement éprouvantes.

Le programme Immunity

L’an dernier, les cliniques de jeûne Buchinger Wilhelmi ont lancé le programme préventif Immunity+ qui vise à réduire les risques d’une forme grave d’infection au coronavirus : surpoids, troubles métaboliques et diabète de type 2, maladies cardiovasculaires ou hépatiques, tout en renforçant le système immunitaire de maintes façons.

Long Covid

Que propose Immunity+ ?

Voici une liste non-exhaustive des éléments du programme personnalisé en fonction des symptômes et de l’état général du patient:

  • Des périodes de jeûne à long terme de 5, 10, 15 jours, voire plus, toujours introduites par une phase de transition et finalisées par une réintégration progressive des aliments sur 4 jours ou plus, sous surveillance médicale. Le programme de jeûne Buchinger Wilhelmi prévoit une ration alimentaire quotidienne de 250 kcal, prise sous la forme d’un bouillon de légumes bio, d’un jus de fruit fraîchement pressé, d’infusions éventuellement miellées, le tout arrosé d’eau minérale à volonté. Ces « repas » sont partagés en agréable compagnie, au sein de la communauté des jeûneurs. Ces « extras » permettent de maximiser bien-être et fitness pendant le jeûne.
  • Une stratégie alimentaire ciblée et personnalisée, pour remplacer le jeûne quand l’état nutritionnel ou d’autres contrindications médicales interdisent de le pratiquer. Les repas proposés comme les compléments du jeûne sont tous 100 % biologiques ; la majorité des ingrédients proviennent de la région.
  • Des conseils nutritionnels, pour maintenir les améliorations obtenues pendant le séjour. Notamment après le jeûne, un programme alimentaire adapté aux conditions individuelles et élaboré par des conseillères nutritionnelles, diplômées, permet de poursuivre et de pérenniser chez soi les progrès accomplis.
  • Une analyse des risques, individuelle et approfondie, à l’entrée, comprenant : une évaluation multidimensionnelle des antécédents cliniques et personnels, un examen médical et des tests de laboratoire, profil métabolique compris. N.B. : il est également possible d’effectuer des tests spirométriques ou ergométriques ainsi que d’autres évaluations de symptômes spécifiques.
  • Thérapie physique, dont une pluralité de massages, de traitements physiothérapeutiques, d’enveloppements et de traitements locaux des parties du corps lésées par l’infection à COVID.
  • Activités physiques selon les performances individuelles, rééducation, programmes d’exercices, promenades guidées au cœur des superbes paysages aux alentours de la clinique, cours de gymnastique et coaching sportif pour améliorer progressivement la condition physique et renforcer la santé psychique.
  • Rééducation respiratoire, personnalisée en fonction des symptômes présentés par le patient.
  • Examen de laboratoire approfondi du profil micronutritionnel, portant notamment sur tous les micronutriments susceptibles de favoriser la guérison (vitamines C,D, zinc, etc.). La supplémentation orale ou intraveineuse de micronutriments qui renforcent l’immunité est prescrite individuellement.
  • Réduction du stress, élargissement de la conscience, retour à la sérénité intérieure : l’ambiance particulière des cliniques et l’esprit qui y règne favorisent le retour à l’équilibre émotionnel, tout en permettant d’améliorer d’éventuels symptômes cognitifs, comme le « brouillard cérébral » ou la perte de mémoire. La vue magnifique sur la mer (ou le lac), les montagnes et la forêt contribue évidemment à rétablir la paix intérieure, mais il n’y a pas qu’elle : l’effet intrinsèque du jeûne, le suivi attentif des soins infirmiers ou thérapeutiques comme les méthodes de relaxation et les multiples éléments spirituels (training autogène, yoga, méditation, etc.), sont aussi des alliés clés.

À propos de Buchinger Wilhelmi

Les cliniques Buchinger Wilhelmi ont fêté leur centenaire en 2020. Le Dr Otto Buchinger qui a fondé cette méthode, voilà un siècle déjà, était médecin, philosophe et un pionnier du jeûne thérapeutique. Aujourd’hui, l’équipe des collaborateurs compte sur les deux sites non seulement une vingtaine de médecins, lesquels couvrent un large spectre de spécialités (rhumatologie, diabétologie, cardiologie, naturopathie traditionnelle d’Europe et d’autres continents, etc.) mais aussi des infirmières, des physiothérapeutes, des conseillers nutritionnels, des psychologues et des coachs personnels en toutes disciplines.

Bref, chez Buchinger Wilhelmi, hôtes et patients n’ont plus qu’à appuyer sur leur bouton « Réinitialiser » pour trouver au pied levé l’espace intérieur qui leur fera vivre des expériences qui transforment, prendre de grandes décisions d’ordre personnel ou professionnel, tout en leur permettant d’améliorer visiblement leur profil de risques et peut-être même de discerner plus clairement le sens de leur existence. Et, le fin du fin, tout ça au sein d’une communauté multiculturelle, tolérante et internationale de femmes et d’hommes, de jeunes et de moins jeunes, qui fait de chaque séjour une aventure chaleureuse, pleine de joie.

Buchinger Wilhelmi, Fasten, Heilfasten, Fasting, Health, Integrative Medicine, Palmen, Sunset, Marbella, Gebäude
Buchinger Wilhelmi, Fasten, Heilfasten, Fasting, Health, Integrative Medicine, Pool, Überlingen, AGB,

Références

1. Wilhelmi de Toledo F, Grundler F, Bergouignan A, Drinda S, Michalsen A (2019): Safety, health improvement and well-being during a 4 to 21-day fasting period in an observational study including 1422 subjects. PLoS One 14 (1). doi:10.1371/journal.pone.0209353

2. Grundler F, Mesnage R, Michalsen A, Wilhelmi de Toledo F (2020): Blood pressure changes in 1610 subjects with and without antihypertensive medication during long-term fasting. J Am Heart Assoc 9 (23). doi:10.1161/JAHA.120.018649

3. Wilhelmi de Toledo F, Grundler F, Goutzourelas N, Tekos F, Vassi E, Mesnage R, Kouretas D (2020): Influence of Long-Term Fasting on Blood Redox Status in Humans. Antioxidants 9 (6).
doi:10.3390/antiox9060496

4. Grundler F, Mesnage R, Goutzourelas N, Tekos F, Makri S, Brack M, Kouretas D, de Toledo FW (2020): Interplay between oxidative damage, the redox status, and metabolic biomarkers during long-term fasting. Food Chem Toxicol 145

5. Mesnage R, Grundler F, Schwiertz A, Le Maho Y, Wilhelmi de Toledo F (2019): Changes in human gut microbiota composition are linked to the energy metabolic switch during 10 d of Buchinger fasting. J Nutr Sci 8. doi:10.1017/jns.2019.33

6. Drinda S, Grundler F, Neumann T, Lehmann T, Steckhan N, Michalsen A, Wilhelmi de Toledo F (2019): Effects of Periodic Fasting on Fatty Liver Index—A Prospective Observational Study. Nutrients 11 (11):2601. doi:10.3390/nu11112601

7. Wilhelmi de Toledo, F., et al. (2020). « Unravelling the health effects of fasting: a long road from obesity treatment to healthy life span increase and improved cognition. » Annals of medicine 52(5): 147-161.

8. Grundler F, Plonné D, Mesnage R, Müller D, Sirtori CR, Ruscica M, Wilhelmi de Toledo F (Forthcoming 2021) Long-term fasting improves lipoprotein-associated atherogenic risk in humans. Eur J Nutr