Scroll to top

Le régime de santé planétaire


Barbara Philipps - 24/05/2024 - 0 comments

AGRICULTURE RÉGÉNÉRATRICE & ALIMENTATION DURABLE

Le régime de santé planétaire

Notre façon de consommer exerce une influence majeure sur notre environnement. Mais cela signifie quoi, concrètement, et comment allons-nous donc pouvoir gérer cet impact ?

La surface terrestre n’est pas extensible. Or, quelque huit milliards de personnes y vivent actuellement, et si l’on se fie aux projections, cette croissance démographique va inévitablement se poursuivre. Partant de là, l’enjeu est clair, notre planète bleue n’étant pas de taille à suivre cette dynamique et la surface des sols exploitables pour la culture des denrées alimentaires s’avérant par trop limitée. À mesure que la population mondiale augmente, la surface cultivable disponible pour tout un chacun se réduit comme une peau de chagrin. Ce constat devrait suffire à nous faire prendre conscience de l’énorme incidence des régimes alimentaires sur la quantité réellement nécessaire des terres à allouer aux cultures.

Si le monde entier s’alimentait en donnant la part belle au végétal, les besoins individuels en seraient fortement réduits. Les cultures de blé, de soja ou de maïs, destinées à l’alimentation des animaux d’élevage, occupent des surfaces considérables, et ces animaux finissent dans nos assiettes. Mais les aliments pour animaux ne sont pas les seuls à entrer en ligne de compte, car nous exploitons également les sols à d’autres fins : plantations de coton pour les jeans, de tabac pour les cigarettes, de végétaux pour la production d’énergie, etc.

Autre point crucial, le gaspillage alimentaire ! Que trouve-t-on dans nos poubelles ? Combien de surfaces utilisées pourrions-nous économiser en optant pour une consommation plus durable ?

En d’autres termes, si nous végétalisions nos assiettes un peu plus, voire complètement, que nous repensions notre consommation et que nous utilisions de manière responsable les aliments disponibles, une grande partie des terres arables, actuelles, pourrait être exploitée à d’autres fins. Le cas échéant, le terrain agricole d’à côté de chez vous pourrait servir d’espace ludique à vos enfants ou petits-enfants. Ou favoriser la biodiversité après y avoir semé une prairie fleurie avec un mélange de plantes sauvages du terroir. Voire se transformer en un refuge de verdure ressourçant, en y laissant simplement la nature reprendre ses droits. Cela dit, quels que soient les scénarios retenus, l’impact positif sur la réduction de l’empreinte carbone est assuré d’avance ! Et pour répondre maintenant à la question posée en amont : il incombe à tout un chacun d’assumer ses responsabilités : pour soi, certes, mais aussi pour autrui et pour notre espace vital commun, la Terre.

Chez Buchinger Wilhelmi, tout le monde est parfaitement conscient de cette responsabilité. Nous repensons continuellement notre rapport à la nourriture, tout en revisitant sans relâche la gestion de cette dernière. Notre clinique de jeûne à Überlingen (Allemagne) est à la fois certifiée Demeter et Bioland. N’y sont notamment servis que des plats conformes aux normes de qualité les plus exigeantes.

Quant à notre clinique de jeûne à Marbella (Espagne), nous y avons lancé le projet ARF, Amplius Regenerative Food, une coopération avec de petites exploitations agricoles alentours qui travaillent selon les directives de l’agriculture biologique, l’objectif étant de mettre en place une culture régénératrice faisant écho au principe du cycle naturel. En savoir plus !

 

Si vous le voulez bien, assumons nos responsabilités ensemble !