Scroll to top

Étude sur le jeûne : effets du jeûne Buchinger Wilhelmi sur la composition bactérienne de la flore intestinale


Steffanie Hornstein - 29/11/2019 - 0 comments

Incidence d’un jeûne de dix jours, selon le programme Buchinger Wilhelmi, sur la composition des bactéries intestinales : une étude menée sur quinze hommes en bonne santé.

La colonisation bactérienne de l’intestin joue un rôle capital pour la santé de l’être humain. La présente étude examine l’incidence d’un jeûne périodique de 10 jours, suivi médicalement et selon le programme Buchinger Wilhelmi, sur la composition des bactéries intestinales et sur les paramètres immunomodulateurs, chez 15 hommes en bonne santé. On a constaté que le jeûne modifiait de manière réversible la composition des bactéries intestinales de sujets sains. Tandis que l’efficacité et la sécurité du programme Buchinger Wilhelmi ont été récemment démontrées dans une étude menée auprès de 1 422 sujets, la présente étude fournit une base solide pour poursuivre des études ciblant l’examen des effets du jeûne sur le microbiome de sujets malades.
Voici ce que révèlent les résultats de la présente étude, publiée dans le Journal of Nutritional Sciences :

  • Parallèlement à ce « metabolic switch », on a constaté une modification de la composition des bactéries intestinales. Alors que le nombre des souches bactériennes, intervenant dans la métabolisation glucidique et alimentaire (ex. : Lachnospiraceae et Ruminococcaceae), a diminué, celui des souches bactériennes qui puisent leur énergie dans la métabolisation des substrats endogènes (bactéroïdètes, protéobactéries, etc.) a augmenté avec inversion des bactéroïdètes : rapport des firmicutes.
  • En phase de reprise alimentaire, l’augmentation dans le sang des protéines immunomodulatrices (cytokines IL-6, IL-10, TNF-α, IFN-γ), observée, prouve la réactivation de la réponse immunitaire après réintroduction des aliments.
  • Trois mois après le jeûne, la composition des bactéries intestinales était à nouveau la même qu’avant le jeûne. L’augmentation des acides gras à chaîne courte, constatée dans les selles, peut être interprétée comme un impact positif du jeûne, ces derniers exerçant un effet protecteur sur la muqueuse du gros intestin.
  • Dans le cadre des modifications du métabolisme caractéristiques du jeûne périodique, selon le programme Buchinger Wilhelmi (utilisation des acides gras et des corps cétoniques en lieu et place des glucides, comme sources principales d’énergie), on a enregistré une amélioration des paramètres métaboliques, dont : le poids corporel, le tour de taille, la tension artérielle et le cholestérol. Même le bien-être émotionnel et physique s’est amélioré en cours de jeûne.

Mesnage, R., Grundler, F., Schwiertz, A., Le Maho, Y., & Wilhelmi de Toledo, F. (2019). Changes in human gut microbiota composition are linked to the energy metabolic switch during 10 d of Buchinger fasting. Journal of Nutritional Science, 8, E36. doi:10.1017/jns.2019.33
Wilhelmi de Toledo, F., Grundler, F., Bergouignan, A., Drinda, S., & Michalsen, A. (2019). Safety, health improvement and well-being during a 4 to 21-day fasting period in an observational study including 1422 subjects. PLoS One, 14(01).

Contact :
Dre Françoise Wilhelmi de Toledo
E-mail : francoise.wilhelmi@buchinger-wilhelmi.com

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *